Enceinte, j'ai choisi d'allaiter, ou plutôt d'essayer d'allaiter car je savais que parfois ça capotait. Je m'étais dit "no stress, si j'y arrive tant mieux, sinon tant pis!". Bon, ça c'est en théorie hein, car quand tu viens d'accoucher, il ne faut pas oublier que quelques jours après on a le blues ... Et ne pas réussir à faire ce que l'on veut quand on est en plein blues ça fait des larmes de crocodile qui coulent sans s'arrêter, devant n'importe qui, n'importe quand ... Et qui n'arrangent pas le problème ! 

Prenons l'histoire du début :) 

Roméo est arrivé au monde, ils me l'ont mis sur le ventre, en peau à peau, ils l'ont dirigé vers mon sein pour qu'il ait sa première tétée. Pas très concluant mais il avait 10 minutes de vie dans notre monde et moi j'étais encore subjuguée par le petit être qui venait d'arriver. 

Une fois dans la chambre, on l'a fait téter le "colostrum" - oui j'avais du colostrum, ce qu'il faut pour qu'il ait les 1ers anticorps et qu'il soit suffisamment nourri les 2 ou 3 premiers jours. Dès le début, Roméo a eu du mal à téter, à "attraper" le téton, donc j'ai essayé les bouts de sein (c'est comme ça que j'ai vu que j'avais bien du colostrum).  Roméo s'énervait , à en devenir rouge,  dès que je le mettais au sein il pleurait, les SF ont décidé (avec mon accord bien sûr) de mettre en place le DAL (dispositif d'aide à l'allaitement). En gros il s'agit de leurrer l'enfant (déjà oui ...) on le met au sein et on lui fait passer du lait artificiel grâce à une seringue et un minuscule tuyau afin qu'il croit que le lait sort du sein. Soit. Il boit, donc mon enfant est nourri. Il se met au sein quand les SF ou puéricultrices sont là et le stimulent, le replacent. Seule, je n'y arrive pas ... Tout de suite il s'énerve. Je pense que je stresse et qu'il le ressent. Que l'on me jette la pierre si on le souhaite... Oui je stresse, j'y tiens à cet allaitement et il foire, mon bébé ne mange pas correctement et je ne sais pas m'y prendre. Donc oui je stresse, et oui je commence à perdre pieds. Surtout que n'oublions pas je suis à J+3 et les hormones commencent à jouer des tours. 

J'ai bien eu ma montée de lait, les seins extrêmement douloureux, énormes comme c'est pas possible. Mon habituel 90A s'en souvient encore !!!! (Mon Homme aussi^^).

A la fin de J+3, le verdict est sans appel, il faut nourrir mon enfant, on ne peut pas continuer le DAL (il l'a d'ailleurs eu trop longtemps donc ne fait même plus l'effort de têter), il faut lui donner des biberons de lait artificiel pour compléter, je ne mets quasiment plus Roméo au sein seule, ça me fait mal de l'entendre hurler comme ça ... Les SF me font tirer mon lait pour qu'il ait quand même les bienfaits du lait maternel. J'ai commencé les tisanes d'allaitement pour favoriser la lactation. 

Mais je ne tire pas grand-chose : 30 ml tout au plus... Et cela a été decrescendo ... Donc sur les conseils de ma sage-femme, spécialiste en allaitement, je continue les tisanes d'allaitement et je prends des granules d'homéopathie. Mais je tire 10 ml à chaque fois que je tire mon lait ... Je n'en peux plus de cette machine barbare qui me "trait", pour obtenir 10 petits ml en 20 voire 30 minutes. 10 ml pour les 2 seins hein !!!!

la machine à traire ...

Mais chez soi, seule, on rumine, qu'ai-je fait de mal ? Pourquoi mon bébé me repousse ? Pourquoio ne suis-je pas capable d'allaiter ? Alors que c'est une chose qui parait tellement naturelle ... J'ai pris sur moi, j'ai suivi des conseils, j'ai été épaulée (merci Copine !!!) 

Donc je me suis résignée, Roméo n'est pas allaité, il boit des bib de lait artificiel, avec une fois tous les 2 jours 10/20/30 ml de mon lait... Je continue de tirer mon lait manuellement, je n'obtiens pas grand chose, 5 ml à chaque fois tout au plus, mais je me dis que le temps qu'il y en a, même si peu que ce soit, si ça peut lui faire du bien ... 

Petit rebondissement depuis cette semaine, car cette histoire d'allaitement dure depuis le 29 juin quand même ... et c'est psychologiquement assez dur car je voulais allaiter finalement, Homme ne comprenait pas forcément (surtout la phase J+3 et les crises de larmes !!!), j'ai vu mon médecin généraliste qui m'a dit "rien de tel qu'une bière par jour, 1/2 L de lait, beaucoup d'eau et des haricots, lentilles etc ..." Vous croirez si vous voulez mais j'ai testé et je n'ai jamais eu autant de lait depuis que je suis rentrée chez moi^^ Ce n'était pas Byzance encore hein puisque je ne tirais pas plus de 10 ml mais ça m'a fait sourire ...  Le goutte-à -goutte s'est transformé en mini jets. Bien sûr je tire mon lait plus de 10 heures voire 12 après l'absorption de la bière. (J'ai même du mal à la boire, alors qu'avant ma grossesse j'étais une inconditionnelle de la binouze comme dirait Homme !)

Ce soir, je n'ai même pas tiré 5 ml ... Je suis déçue, j'ai l'impression que la source se tarit ... Et je n'ai pas bu de bière ce soir, donc demain je pense que je n'aurais pas plus de lait ... 

Est-ce la fin du lait maternel pour mon bébé ?